Home

Retour 04.10.2017

La blockchain, au service de l’énergie !

L’après-midi de la septième journée nationale Smart Energy était dédiée à la problématique suivante : Comment la blockchain se mettra au service de l’énergie ? Après une courte introduction sur la blockchain, Scott Kessler, directeur du développement des affaires chez LO3Energy - une start-up américaine active dans le conseil en technologie et le développement commercial – a présenté un cas d’utilisation de la blockchain au service de l’énergie : le Transactive Grid.

Qu’est-ce que la blockchain ? En quelques mots, c’est une nouvelle manière de faire des transactions de pair à pair, sans l’intervention d’un tiers. Lors d’une transaction avec la blockchain, un registre est créé dans la banque de données et un système de cryptographie est mis en place. Un calcul compliqué sera résolu pour débloquer le « nœud ». La transaction sera ainsi authentifiée et autorisée. Chaque participant de la blockchain est un nœud, un membre du réseau, enregistré dans le registre numérique. Le consensus entre deux acteurs permet au système de cryptographie de résoudre le calcul et ainsi effectuer la transaction. La blockchain permet ainsi de s’affranchir de toute autorité centrale, qui valide les transactions, à l’image des banques dans le système financier actuel ou du distributeur d’électricité dans le domaine de l’énergie.
 

Une start-up proactive sur le marché de l’énergie
Originaire des Etats-Unis, l’entreprise LO3 Energy se situe entre la communauté, les services publics et la technologie. Elle a remarqué un intérêt croissant, chez les particuliers, à avoir leur propre source d’énergie. De même, une tendance se développe auprès des ménages américains à connecter tous leurs appareils ménagers. Partant du constat que 69% des consommateurs américains sont intéressés à avoir un marché ouvert pour l’énergie, LO3 Energy recherche des solutions pour décentraliser la production et la vente d’électricité. L’entreprise a ainsi créé sa propre plateforme, le Transactive Grid, qui repose sur la blockchain.

Cette plateforme informatique stocke les transactions entre différents blocs, de manière anonyme. La blockchain assure ainsi flexibilité, efficience et sécurité. Les mesures de la consommation et production d’énergie sont transmises sur la blockchain et les nœuds communiquent avec les appareils intelligents connectés. Les particuliers peuvent ainsi acheter ou vendre de l’énergie et contrôler leurs différents appareils.


Quelques cas explicites de l’utilisation de la technologie Transactive Grid
Scott Kessler a présenté ensuite quelques cas proposés par LO3 Energy. Le premier cas, « Peer to Peer », se construit ainsi : ce sont les particuliers eux-mêmes qui produisent de l’énergie et qui la revendent aux autres. L’idée est d’acheter de l’énergie à son voisin. 
Le deuxième cas est nommé « Localized Demand Response ».  L’idée est de monnayer une baisse de sa consommation d’énergie lorsque la centrale électrique est surchargée. 

Le troisième cas, « Location-based Pricing », se présente sur le même principe que les deux premiers. L’idée est d’écarter les frais d’utilisation du réseau et d’inciter les gens à consommer de l’énergie locale, sans frais de transport. Cette manière de fonctionner et d’échanger permet de redéfinir la communauté et d’améliorer la collaboration entre voisins. Cela permet aussi d’avoir un propre contrôle sur ses factures d’électricité et de toujours avoir de l’électricité même lors de catastrophes naturelles par exemple.
 

Le cas de New York
Cette technologie basée sur la blockchain a été testée avec succès à New York et Brooklyn. Ce système permet d’interagir entre voisins et ainsi stocker et échanger de l’énergie. A New York, le test a été effectué avec des panneaux solaires. 
Le service de producteur et fournisseur d’énergie, qui est normalement public, devient ainsi une plateforme et toutes les interactions se font par les particuliers. On parle alors d’économie circulaire. C’est-à-dire que l’énergie reste au sein de la communauté.


Propos recueillis le 25 août 2017, à l’occasion de la Journée nationale Smart Energy


 

Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark