Home

Zurück 17.12.2019

Les données, un puissant outil de prévention et de prédiction dans le domaine de l’eau

Regrouper, analyser et faire parler un maximum de données sur l’eau et le climat. Tel est le but d’un projet de recherche et de la Plateforme Eau qui sera lancée au début 2020 par le Canton du Valais. L’analyse de données actuelles et historiques est en effet précieuse pour anticiper certains phénomènes en lien avec l’eau, selon Tristan Brauchli, spécialiste en hydrologie de montagne au Crealp. Ce dernier s’exprimait lors de la conférence Smart Water au Châble.  

« La Suisse est-elle et restera-t-elle toujours le château d’eau de l’Europe ? », se demande Tristan Brauchli. Les étés sont de plus en plus secs avec des phénomènes d’intenses précipitations et des inondations. On recense également davantage de journées tropicales et de plus en plus d’hivers peu enneigés. « Dans tous les cas, l’eau est au centre de la problématique. Soit il y en a trop d’un coup, soit pas assez ».   
 
Afin d’anticiper ces phénomènes, le Canton du Valais a mis en place une stratégie Eau. « L’idée est d’avoir une stratégie plus globale au niveau des bassins versants. Elle constitue un début de solution pour répondre aux défis à venir ». L’eau a une présence et une utilisation très diversifiée : glaciers, cours d’eau, lacs, mais aussi hydroélectricité, enneigement artificiel, piscines, irrigation, agriculture, chauffage, eau potable, eaux usées, industries… « Afin de mesurer l’impact, il faut tout prendre en compte et pas se concentrer sur un seul utilisateur », selon Tristan Brauchli.
 

Inventaire de données en Valais 
C’est à partir de ce constat qu’est né le projet SAGE. « Il s’agit d’un inventaire des données eau au niveau du canton ». Les mesures historiques y ont été valorisées, en lien avec certains indices climatologiques, les modélisations et les scénarios de changement climatique.   

La nappe phréatique de la vallée du Rhône a par exemple été analysée. « Le recensement a mis au jour plus de 1600 puits agricoles ». Il est intéressant de constater, lors de phénomènes de gel, la diminution de la nappe. Des cartes de chaleur sont également créées pour visualiser l’impact des sécheresses sur le territoire.   

Des modélisations du manteau neigeux sont aussi réalisées. « Nous utilisons un modèle numérique pour calculer ce qu’il se passe. Nous pouvons ensuite comparer l’évolution d’année en année. Ces informations améliorent la compréhension au niveau saisonnier et non plus seulement à trois ou quatre jours ». Ce type d’information est utile pour prévoir comment vont évoluer les ressources en eau dans les prochains mois. De leur côté, les scénarios climatiques permettent d’anticiper les besoins en eau (potable et d’irrigation) et de prévoir certains dangers naturels.
 

Plateforme Eau pour 2020 
Le but du canton du Valais est de mettre à disposition ces données sur une Plateforme Eau actuellement en développement. Elle devrait être mise en ligne au début 2020, selon Tristan Brauchli, qui se dit convaincu que la gestion de l’eau va devenir un problème à terme, même en Suisse.  

« Il est donc important de regarder la gestion de l’eau au niveau régional et de mettre tous les acteurs ensemble. Certains outils numériques sont ainsi indispensables pour avoir une meilleure gestion intégrée de l’eau dans le futur ».  

 

Propos recueillis le 15 novembre 2019 lors de la conférence Smart Water au Châble 

Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark