Home

Zurück

Anticiper les problématiques du changement climatique sur la gestion de l’eau

Ziel

Anticiper les effets du changement climatique sur les usages de l’eau dans le Val de Bagnes.



Partner

HES-SO Valais-Wallis, Altis, WSL 



À l’avenir, les communes de montagnes risquent de se retrouver dans des situations de pénurie d’eau à cause du changement climatique. Ceci impliquera une réorganisation de la gestion de l’eau à tous les niveaux. Dans ce contexte, la commune de Bagnes par l’intermédiaire de la société Altis a monté un projet visant à anticiper les effets du changement climatique sur les usages de l’eau dans le Val de Bagnes. Le projet « SmartWater » est une collaboration entre Altis, le WSL et la HES-SO Valais-Wallis. Il est soutenu par l’OFAG (Office fédéral de l’agriculture) et l’OFEV (Office fédéral de l’environnement).

C’est dans ce cadre que le groupe hydroélectricité de la HES-SO Valais–Wallis a développé des modèles numériques permettant de simuler des scénarios de consommation et d’adduction de l’eau dans le Val de Bagnes. Deux types de modèles numériques ont été développés : un modèle pour l’adduction qui permet de simuler les quantités d’eau apportées aux consommateurs et un modèle de distribution de l’eau pour l’irrigation qui permet de simuler le comportement du réseau d’irrigation. La HES-SO Valais-Wallis a pu construire ses modèles numériques sur la base d’informations sur les infrastructures existantes de la région ainsi que sur plusieurs campagnes de mesures sur le terrain qui ont permis la calibration des modèles numériques.

En associant ces modèles numériques avec les scénarios climatiques futurs de la région, il est alors possible d’identifier si des déficits vont apparaitre ou non, à quel endroit et quand. Grâce aux résultats des simulations numériques, il est possible d’adapter les infrastructures et les stratégies de gestion de l’eau de la commune de Bagnes pour gérer au mieux ces effets négatifs. Lors du projet SmartWater, la HES-SO Valais-Wallis a pu identifier des points critiques pour le futur par le biais des simulations numériques réalisées.
 

D’importants déficits prédits à l’horizon 2050
Les simulations numériques prévoient une augmentation de la demande en eau pour l’arrosage des cultures associée à une diminution des apports naturels pendant la période estivale d’irrigation. La région pourrait donc se retrouver face à des déficits importants et ce dès 2050 dans le cas d’une saison sèche. De plus, le modèle numérique du réseau d’irrigation a permis d’identifier des situations critiques sur les infrastructures. Lorsque certaines cannes d’irrigation sont ouvertes, des chutes de pression peuvent apparaitre à d’autres endroit dans le réseau ; il n’est alors plus possible d’irriguer à ces endroits. Ces résultats mettent en évidence l’importance de la bonne gestion du réseau d’eau. Ces simulations ont également permis d’estimer la part de l’eau disponible pour produire de l’électricité renouvelable, notamment pour le cas de la future minicentrale hydroélectrique de Versegères qui verra bientôt le jour.

La Suisse, et plus particulièrement les régions de montagne, se retrouvent donc devant un défi de taille : assurer l’approvisionnement en eau pour un futur relativement contrasté par les effets du changement climatique. Des solutions existent ; une grande partie de l’eau utilisée aujourd’hui est gaspillée, il sera donc nécessaire de faire des efforts dans l’efficience de l’utilisation de l’eau. Le stockage de l’eau représente évidemment une solution durable pour assurer un approvisionnement sans faille. Grâce à cette étude, le potentiel des simulations numériques pour pouvoir prendre les bonnes décisions sur les stratégies de gestion de l’eau, dimensionner correctement les éventuels réservoirs à bâtir et prendre les devants sur les futures périodes de stress hydrique a pu être démontré.

Prochaines étapes ?
La HES-SO Valais-Wallis envisage d’utiliser les simulations numériques comme une aide à la décision dans les stratégies d’irrigation dans le but d’économiser un maximum d’eau pour l’arrosage. Il est également imaginable que des jumeaux numériques des zones critiques voient le jour, à l’instar de ce qui est entrain de se développer pour les centrales hydroélectriques. Ceci permettrait de suivre l’évolution des réseaux en temps réel et d’aller vers une meilleure optimisation de la gestion de l’eau.
 

Source : HES-SO Valais-Wallis

 

Fondation The Ark - Rue de l'Industrie 23 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark