Home

Back 06.07.2020

Le BlueArk Challenge vu de l’intérieur : une participation enrichissante !

L’environnement hétéroclite et collaboratif du BlueArk Challenge a amené Solène Cosandey, étudiante en Energie et Techniques Environnementales à la HES-SO Valais/Wallis, à raconter sa participation. Elle s’est rendu compte de la diversité des domaines qui étaient présents lors de cet hackathon organisé par le pôle d’innovation BlueArk Entremont. Une nouvelle édition de cette manifestation aura lieu, sous une autre forme, en octobre prochain. 

Le 15 et 16 novembre 2019, au Châble, s’est tenue la deuxième édition du BlueArk Challenge. Les participants ont eu 28 heures pour développer des prototypes numériques fonctionnels améliorant les défis liés à la gestion de l’eau. Cet hackathon, organisé par Altis, la Fondation The Ark et BlueArk Entremont, vise à apporter des solutions digitales tout en accélérant le processus d’innovation. 

Des équipes se sont formées pour répondre aux différentes problématiques rencontrées par les professionnels de la gestion de l’eau. Ils ont eu toute la nuit et la journée de samedi pour développer un prototype. Des experts ont pu conseiller et orienter les différents groupes. Samedi soir, les équipes ont présenté leur projet devant le jury. 

 

Des participants et des savoirs hétéroclites
Solène Cosandey était un peu hésitante à participer à ce hackathon, car elle ne savait pas programmer. Lors du BlueArk Challenge, elle s’est aperçue que les participants venaient de différents domaines. De plus, elle a constaté qu’il n’y a pas que les compétences liées au domaine qui entrent en jeu lors de l’élaboration d’un projet. Elle et les membres de son groupe avaient choisi le défi concernant la détection des fuites d’eau chez les particuliers. Le groupe a mis en place un algorithme d’analyse des données de consommation. Elle a pu constater que ses compétences dans l’organisation et la communication ainsi qu’une connaissance de la thématique ont été utiles au sein du groupe pour le développement de leur projet. 

« Le BlueArk Challenge constitue une alternative originale pour développer des produits de manière rapide », selon Solène Cosandey. Étant donné le délai imparti, les participants doivent se concentrer sur le résultat final. Ainsi, les tâches non-essentielles ne ralentissent pas la mise en place du projet. De plus, la diversité des compétences et des savoirs des participants permet d’apporter des idées innovantes. Solène a pu le constater lors de sa participation : « cette hétéroclisie constitue une grande richesse, car pour proposer des solutions innovantes, la technique a besoin de croiser les regards et les réflexions ».

 

Source : La voix des étudiantes, HES-SO Valais/Wallis

 

Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark