Home

Retour 25.04.2019

Swiss-US Energy Innovation Days : des échanges fructueux à Energypolis !

A l’occasion de la 5e édition des journées de l’innovation Suisse-USA, le Campus Energypolis de Sion a proposé une matinée de conférences autour du thème « Le futur du système énergétique ». Professeurs universitaires, entrepreneurs innovants et différents acteurs issus du domaine économique se sont succédés pour présenter leur point de vue et initiatives quant à l’énergie de demain. Plusieurs start-up de The Ark ont également pu se mettre en avant lors de cette manifestation. L’évènement, qui a eu lieu le 22 août dernier, s’est clôturé par l’intervention d’Edward McMullen, ambassadeur des États-Unis en Suisse.

Parmi les nombreux participants, qui ont fait le déplacement jusqu’à Sion, se trouvait Walter Steinmann, celui qui a dirigé durant plus de 15 ans l’Office fédéral de l’énergie. Il a tenu à s’exprimer sur cet évènement unique, qui facilite les échanges entre les spécialistes suisses et américains de l’énergie 2.0. Retrouvez son compte-rendu en intégralité ci-dessous.


« Le Valais : plus que de la force hydraulique et de la raclette
Le troisième jour (des journées de l’innovation Suisse-USA) nous a conduit à Sion dans les nouveaux bâtiments de l'EPFL et de la HES-SO. Les présentations ont commencé par une introduction du conseiller d'Etat Christophe Darbellay, qui a fait l'éloge du canton du Valais et de ses atouts pour la recherche énergétique et la création d'entreprises. Jessen Page, professeur à la HES-SO Valais-Wallis et spécialiste de l’efficience énergétique, a ensuite présenté le concept énergétique des nouveaux bâtiments, qui sont entièrement équipés de systèmes photovoltaïques sur les toits. Ils disposent notamment de commandes semi-autonomes, afin qu'ils puissent fonctionner le plus longtemps possible, même en cas de panne du réseau. 
Norris Gallandat, de la start-up GRZ Technologies, a présenté les premiers produits qui utilisent concrètement l'hydrogène produit par le soleil. Des solutions isolées pour les cabanes de montagne sont aujourd’hui rentables d’un point de vue économique. Professeure à la HES-SO Valais-Wallis, Cécile Alligné-Münch étudie depuis un certain temps déjà la possibilité de transformer de petits réservoirs en installations de pompage-turbinage. Ce qui permettrait en faire un second usage attractif, notamment pour les installations destinées à l'enneigement.


Problème de CO2 avant la solution ?
La présentation de Wendy Queen, professeur à l'EPFL, a été très intéressante. Cette dernière teste un matériau en forme d'éponge capable d'absorber d'énormes volumes de CO2, tout comme de plus petites quantités. Encore loin d’arriver sur le marché, cette technologie suscite déjà de petits espoirs. 

Lancé en 2006, le réseau électrique de Brigue-Naters est déjà en grande partie fonctionnel. Fabien Kuchler a montré comment ce réseau peut s’adapter aux nouveaux défis et intégrer le stockage de l'électricité. Daniel Berchtold, directeur de la start-up HOOC, a présenté la technologie HOOC pour le contrôle informatique des bâtiments et des quartiers. Celle-ci devrait trouver de grandes opportunités sur le marché.


Petites centrales nucléaires ou cellules solaires, qui sont les moins chères ?
Dans un domaine complètement différent, Doug Vine du US Center for Climate and Energy Solutions, nous a montré les projets de "petits réacteurs nucléaires modulaires", qui doivent être lancés dans 10 ans. Ils devraient résoudre de nombreux problèmes des technologies nucléaires actuelles : moins de déchets, diminution de la prolifération, peu de risques durant l'exploitation. Je n'étais pas le seul à me demander si ces technologies auraient de réelles opportunités sur le marché, d’autant plus que nous avions entendu la veille à Neuchâtel que l'électricité photovoltaïque pouvait être produite à moins de 2 centimes/kWh en cinq ans. Ne faisons-nous pas face à un énorme bouleversement qui modifierait l'ensemble de notre système énergétique de manière assez complète ?


L'ambassadeur américain impressionné par le centre de recherche sur l'énergie de la Suisse
Dans sa déclaration finale, l'ambassadeur des Etats-Unis Edward McMullen a manifesté son soutien à une coopération étroite en matière de recherche et d'innovation entre les Etats-Unis et la Suisse dans le secteur de l'énergie. C'est la seule façon de progresser dans le secteur de l'énergie. Il a été personnellement très impressionné par le centre suisse de recherche sur l'énergie et a salué les Swiss US Energy Innovation Days, les qualifiant d’éléments importants pour renforcer la coopération et les échanges.


La Suisse occidentale : attrayante pour les innovations dans le secteur de l'énergie
Dans l'après-midi, de nombreux participants ont visité Nant de Drance, la toute dernière centrale hydroélectrique du Valais, qui offre de nombreuses possibilités d'utilisation. Une jolie manière de clôturer un programme captivant qui a rassemblé les spécialistes de la scène énergétique des deux pays autour de projets communs. 

En même temps, il s'agissait également de voyager à travers la Suisse occidentale, où l'EPFL, les cantons et l'économie ont énormément investi ces dernières années dans la recherche et l'innovation appliqués au secteur de l'énergie. Une Suisse occidentale qui se présente aujourd'hui comme un centre de recherche sur l'énergie avec une compétence ciblée sur six sites attrayants, qui offrent également un environnement de qualité pour les start-up et les investisseurs étrangers intéressés à s'y installer. »

 

Source : Walter Steinmann
 

 

Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark